des mots d’une douce mélancolie
sont tapis dans le carquois de ma bouche
                    il n’est pas un lieu de moi
                 où sourd un serein message

        le cavalier à la cape de réminiscences
me rapporte toujours le récit de batailles passées
                   celles où pullulent les espoirs
                            aux regards mouillés

 ce soir, le poème n’est plus un mystère
            pas plus qu’un chant d’olifant
                          au-dessus du givre des marais
             comme pour un appel à la bête
                           d’un obscur page amoureux

c’est une plainte, telle une course
                 crissée sur la douleur
ce sont des battements de mains
             qui scandent un discours maussade
ce sont des pleurs qui maculent
                        une estampe catalane

ce soir, je recherche encore la pénombre fœtale
                     car je ne puis m’habiter seul
      tu ne seras jamais une chanterelle
                           je mourrais avant